Navigation

Union locale CGT de Roissy CDG
Union Locale CGT
de Roissy-CDG

Tél: 01.48.62.10.28
Fax : 01.48.62.37.25
6, route des anniversaires
Bât. 7595 - Zone Technique
95701 ROISSY-CDG
contact@ulcgtroissy.fr


Accueil 8 mars Assemblée débat sur l’égalité entre les femmes et les hommes


Un père de famille sans-papiers menacé d’expulsion sans son enfant


samedi 24 novembre 2007 - Réagir Imprimez

Un père de famille sans-papiers originaire d’Angola, placé en rétention au centre du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne), est menacé d’expulsion, alors que son fils de 10 ans, scolarisé à Montereau (Seine-et-Marne), reste en France, a-t-on appris samedi de sources concordantes.

Guyslain Manzongani, en rétention administrative « depuis une quinzaine de jours », devrait être expulsé vers Luanda samedi en fin d’après-midi, a dit à l’AFP Richard Moyon, du Réseau Education sans frontières (RESF).

La demande d’asile politique de M. Manzongani, qui a fui son pays en 2002 après avoir été arrêté pour des raisons politiques selon RESF, a été rejetée et toutes les voies de recours administratif épuisées avant qu’il se voit notifier un arrêté de reconduite à la frontière.

Ce père de famille, pasteur dans son pays d’origine, est arrivé en France en 2002 avec son fils, alors âgé de 5 ans, qu’il élève seul depuis la disparition de son épouse en 1999, selon RESF. Depuis le placement de M. Manzongani en rétention, le jeune garçon s’est installé provisoirement chez un cousin de son père, selon la Cimade.

« Expulser les parents sans les enfants, c’est fabriquer des orphelins (...) C’est inadmissible. On va expulser quelqu’un qui a été persécuté, emprisonné et torturé (dans son pays, ndlr), tout cela pour faire du chiffre », s’est indigné M. Moyon.

M. Manzongani avait « une promesse d’embauche en CDI en qualité d’agent d’exploitation, sous réserve de sa régularisation », alors que son fils « suit brillamment sa scolarité à l’école primaire Balzac de Montereau », selon RESF.

Une mobilisation est envisagée par les militants de RESF pour exprimer leur protestation à Orly-Ouest, où le vol de M. Manzongani est prévu pour 17HOO.

Contactée, la préfecture de Seine-et-Marne n’a pas souhaité faire de déclaration sur cette affaire.



Vous aussi, réagissez à cet article


bouton radio modere priori

Votre commentaire est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Votre commentaire

Titre de l'article

Votre pseudo :

Votre adresse e-mail:

Texte de votre message :



Autres articles sur le même sujet :