Navigation

Union locale CGT de Roissy CDG
Union Locale CGT
de Roissy-CDG

Tél: 01.48.62.10.28
Fax : 01.48.62.37.25
6, route des anniversaires
Bât. 7595 - Zone Technique
95701 ROISSY-CDG
contact@ulcgtroissy.fr


Accueil Actualités


Une plage abandonnée sous les avions de Roissy


mardi 19 février 2008 - Réagir Imprimez

C’est un projet complètement dingue, qui, dans l’indifférence générale, a viré au naufrage. Imaginez un équipement public de luxe, avec piscine, patinoire et spa à l’intérieur, chaises longues, toboggans et bassins à l’extérieur, le tout planté à un kilomètre à vol d’oiseau des pistes de Roissy. Idéal pour prendre un bain de soleil sous le barouf des avions.

La déglingue

Ce complexe de 11 000 m2 existe bel et bien. Superbement dessiné par Marc Mimran, l’architecte de la passerelle Solferino à Paris, le bâtiment est sorti de terre au printemps 2006, mais il n’a toujours pas ouvert ses portes au public. Depuis un an et demi, faute d’entretien, les plafonds et les câbles électriques ruissellent sous la condensation, des algues vertes envahissent les bassins et les palmiers de la « serre tropicale » crèvent l’un après l’autre. Et personne ne pilote ce navire à la dérive.

Ce chantier de 30 millions d’euros -sans doute 5 millions de plus à l’arrivée- a été lancé et financé par une communauté de petites communes, la Plaine de France, qui regroupe huit villages de Seine-et-Marne, dont Le Mesnil-Amelot (705 habitants) et Mauregard (226 habitants).

Clochemerle de luxe

Ces deux bourgs, qui jouxtent Roissy, ramassent des fortunes en taxe professionnelle et ne savent plus quoi faire de leurs sous. Avec leurs trottoirs en granit, leurs réverbères dorés et leurs murs en calcaire de Comblanchien (la pierre des châteaux de la Loire), « on dirait deux émirats arabes », ricane un élu du coin.

Les deux « émirats » reversent une partie de leur manne à la collectivité locale, mais pas trop. Alors que le bruit des avions est bien moins saoulant dans les autres communes du coin, la piscine balnéaire a atterri... au Mesnil-Amelot, à mi-chemin entre les pistes d’atterrissage et le centre de rétention des sans-papiers. Idéal pour piquer une tête entre deux charters !

Mais le complexe n’est pas près d’ouvrir : aucun exploitant n’a encore été désigné pour le faire tourner. L’appel d’offres, invalidé, n’est toujours pas relancé. En tant que président de la communauté de communes, c’est le maire de Mauregard qui a la responsabilité du chantier. Mais cet édile, qui ne daigne pas répondre au « Canard », est totalement « dépassé » par l’ampleur du projet et « s’est fâché avec tous les intervenants », accusent les autres maires. Six d’entre eux demandent sa démission depuis le mois de juin. En vain.

La chambre régionale des comptes a ouvert une enquête et la préfecture ne se mouille guère : « Il faudrait dissoudre la communauté de communes, mais c’est une décision qui relève du Conseil des ministres, explique un fonctionnaire. Le plus simple est d’attendre les élections municipales et le renouvellement des instances. »

En attendant, le havre tropical tourne au cauchemar. Les impayés s’accumulent. Le chauffage est coupé : « Il fait 6 degrés dans la serre », grelotte le jardinier en arrosant un bananier. La patinoire et son « tunnel de glace » ont dégelé depuis longtemps. Sans parler de la salle de fitness, du petit bowling -et même du « restaurant panoramique » !- où les finitions sont en plan. Vu le retard pour choisir un exploitant, le vaisseau fantôme n’ouvrira pas avant début 2009, après trois ans de surplace. Les édiles attendent ensuite « 70 000 à 200 000 visiteurs chaque année », au doigt mouillé, et un déficit « structurel » d’au moins 700 000 euros annuels.

A défaut de tropiques, on a déjà la fièvre...

Le Canard enchaîné -édition du 13 février 2008



Vous aussi, réagissez à cet article


bouton radio modere priori

Votre commentaire est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Votre commentaire

Titre de l'article

Votre pseudo :

Votre adresse e-mail:

Texte de votre message :


1 commentaire


Par opperateur

9 octobre 2008 11:55

comme en 2007 pour la destruction du centre sportif piscine patinoire d athis- paray ( construit en 1969).. les élues ne savent pas prendre soins de leur patrimoine
35 ans sans réfection de la toiture .et une fuite qui fit tomber 5m 2 de faut plafond en laine de verre sur les plage du petit bassin et le tour était jouer pour les promoteur avec un projet d un autre complexe sportif mais sans patinoire car sil n y avait pas la patinoire le faut plafond ne serrais jamais tomber .(bien sur)
ils construisent des centres sportif sans maintenance donc des complexe jetable .voter pour mois cher électeurs