Navigation

Union locale CGT de Roissy CDG
Union Locale CGT
de Roissy-CDG

Tél: 01.48.62.10.28
Fax : 01.48.62.37.25
6, route des anniversaires
Bât. 7595 - Zone Technique
95701 ROISSY-CDG
contact@ulcgtroissy.fr


Accueil 8 mars Assemblée débat sur l’égalité entre les femmes et les hommes

Expulsions des enfants et jeunes scolarisés


Tableau de chasse ministériel N° 1


Communiqué de RESF du 16 juillet 2006

lundi 17 juillet 2006 - Réagir Imprimez

Monsieur Sarkozy, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire récemment promu ministre de la Chasse à l’enfant et au jeune majeur s’efforce de mériter son titre. Afin que ses exploit cynégétiques ne demeurent pas méconnus, le RESF a décidé de publier aussi souvent que nécessaire la glorieuse chronique de sa chasse à l’humain.

EXPULSES

- Châteauroux. Ce vendredi 14 juillet 2006, André Laignel maire d’Issoudun, député européen, devait parrainer Nathalie F, jeune majeure isolée sous la protection de l’Aide Sociale à l’Enfance du Loiret et lycéenne à La Chatre dans l’Indre et Nino NEASCU, scolarisé au collège Saint Jean à Châteauroux.

Mais, la chaise de Nino était vide. Nino et ses parents ont été appréhendés le mercredi 12 juillet vers 11H00 dans leur chambre d’hôtel, amenés au commissariat puis conduits à Roissy où ils ont été montés dans un avion pour la Roumanie en fin d’après midi. Il s’agit du premier cas, dans l’Indre, d’expulsion d’un mineur.
Téléphone préfecture Châteauroux 02 54 29 50 00
Fax : 02 54 34 10 08
Téléphone ministère Intérieur 01 40 07 60 60
fax 01 40 07 21 09

- Orléans. L’une des deux familles tchétchènes interpellées le 11 juillet à Orléans a été expulsée le 13 juillet (« réadmise » disent les technocrates qui ont peur des mots, pour désigner la procédure qui consiste à renvoyer les demandeurs d’asile vers le premier pays européen par lequel il sont entrés dans l’UE pour qu’ils soient ensuite, le plus souvent réexpédiés vers des pays où un sort tragique les attend). C’est le cas de la famille de Baudi NOURIDOVA, son épouse Madina NOURIDOVA et leurs trois enfants, Zaïra (6 ans), Abdu-Malik (4 ans) et Malika (1 an) qui ont été renvoyés vers l’Allemagne d’où ils seront expulsés vers la Russie. Belle prise, Monsieur le ministre ! Bravo !

Vous pouvez réagir auprès de la préfecture du Loiret par :
fax 02 38 81 40 22
par mail : communication@loiret.pref.gouv.fr
Téléphone ministère Intérieur 01 40 07 60 60
fax 01 40 07 21 09

- Sarreguemines. Aminata DIALLO (Malienne, lycéenne de 19 ans à Sarreguemines, en rétention à Strasbourg) a été conduite au consulat du Mali à Paris hier matin. Elle en est revenue sans laisser-passer. Pas de risque imminent d’expulsion tant que le laisser-passer n’a pas été délivré. Mais elle risque, au minimum de passer le mois de juillet emprisonnée en rétention.
Téléphone sous-pref Sarreguemines 03 87 27 62 63
fax pref Moselle 03 87 32 57 39 et 03 87 34 87 34
Téléphone ministère Intérieur 01 40 07 60 60
fax 01 40 07 21 09

EN RETENTION

- Paris. Deux lycéens chinois arrêtés dans un café au cours d’une rafle à Belleville, le 11 juillet à cinq heures de l’après-midi, passent leurs vacances en rétention en attendant pire, peut-être. Après 24h de garde à vue, ils ont été enfermés au centre de rétention de Vincennes.

Ils sont passé devant le juge des libertés le 14 juillet. Malgré la présence de nombreux soutiens, de journalistes de FR3 et du Monde, la juge les maintient en rétention pour quinze jours avec la possibilité d’être expulsés à tout moment vers la Chine, un pays où les reconduits sont souvent emprisonnés.

Ces deux garçons de 19 ans ont des parcours parallèles. Fengxue CAI est entré en France en juillet 2004. Il a été scolarisé au collège Henri Matisse (75020) en 2004-2005 puis en 2005/2006 au lycée technique du Bois (75014 Paris). Il a une pré-inscription pour un CAP couture pour l’année 2006-2007. Ses parents vivent en France depuis 1997, il ont reçu une convocation de la préfecture de police de Paris pour le 9 août dans le cadre de la circulaire du 13 juin.

Son copain Zhiyian NI vit en France depuis 2002. D’abord élève du Collège Montgolfier (75003), il suit ensuite le même parcours que Fengxue dans les mêmes établissements. Il envisage aussi de passer un CAP Couture.
Fax préfecture de police 01 53 71 57 28
mail : cabcom.prefecturepoliceparis@interieur.gouv.fr
Téléphone ministère Intérieur 01 40 07 60 60
fax 01 40 07 21 09

- Colombes (92). Makiadi NDOSI, de nationalité angolaise est depuis le 29 juin au centre de rétention de Palaiseau, sur APRF de la préfecture de Hauts-de-Seine. Or, résident en France depuis 1990, Makiadi NDOSI est père d’un enfant de nationalité française (Ashley née le 28/03/94). Cette enfant se trouve certes actuellement placée à l’ASE du fait des difficultés de son père mais aussi de celles de sa mère, de nationalité française mais sans domicile. Malgré ces conditions, Makiadi NDOSI s’occupe de sa fille et l’accueille au domicile de son actuelle compagne. On ne voit réellement pas ce qu’apporterait à cette fillette l’expulsion de son père, s’ajoutant à l’absence de domicile de sa mère.

Il reste que Makiadi NDOSI a été condamné et frappé d’interdiction du territoire (ce qu’il n’est plus actuellement). Pourtant, les condamnations qui l’ont frappé l’ont été pour des délits en relation avec son absence de titre de séjour.

A l’évidence, la situation très précaire dans laquelle se trouve chacun des membres de cette famille a des raisons économiques et sociales, la première d’entre elle, concernant Makiadi NDOSI étant son absence de titre de séjour.

La circulaire ministérielle du 13 juin pourrait lui être appliquée, autorisant sa régularisation et, peut-être, du même coup, un nouveau départ pour l’ensemble du groupe. Makiadi NDOSI doit être libéré et régularisé !
Fax préfecture de Nanterre : 01 47 25 21 21
Téléphone : 0 821 80 30 92
Téléphone ministère Intérieur 01 40 07 60 60
fax 01 40 07 21 09

- Bordeaux. Sylva MBALA, jeune majeur congolais scolarisé en France est au centre de rétention de Bordeaux depuis le 5 juillet et il risque l’expulsion dans les jours qui viennent. Il vient de terminer sa première année de CAP dans un lycée professionnel privé et rentre en deuxième année. Ce jeune est arrivé en France en 2004 comme mineur isolé après le décès de ses parents. Il n’a plus aucune famille au Congo.

Le Resf 33 a sollicité aujourd’hui une audience à la préfecture de Gironde pour demander la libération de ce jeune. Cette audience nous a été refusée. Pourtant le Secrétaire général de la préfecture, M. Francois Peny, s’était engagé, lors de l’audience du 5 juillet, à examiner chaque cas (et spécifiquement les jeunes majeurs scolarisés) « dans un esprit républicain et en toute équité. » Lors du premier cas avéré, il refuse de nous recevoir.

Nous redemandons une audience pour lundi 17 juillet. D’ici la, vous pouvez envoyer des fax à la préfecture de Gironde pour appuyer notre demande d’audience, et demander la libération et la régularisation de Sylva Mbala.
Numéro de fax du préfet de la Gironde M. Francis Idrac : 05 56 90 64 76
Téléphone ministère Intérieur 01 40 07 60 60
fax 01 40 07 21 09

EN FUITE

- Bourges. Zolboot Burjigin Janbala Suren est né en 1999 en Mongolie. Il est atteint d’une surdité profonde. Depuis 2004 il est orphelin de père et de mère et a été confié par la juridiction mongole à sa tante. Depuis qu’il est en France, Zolboot est scolarisé dans une classe spécialisée à Bourges. Les soins appropriés lui ont permis de s’ouvrir et de réaliser d’énormes progrès. Mais, son oncle et sa tante (ainsi que leur enfant de 1 an, leur bébé de trois mois, et les grands-parents) ont été déboués du droit d’asile.

Il y a un mois ils ont reçu une invitation à quitter le territoire. Un collectif regroupant en grande partie des parents d’élèves de l’école que fréquente Zolboot s’est alors constitué. En deux semaines la pétition lancée par le collectif récoltait plus de 1500 signatures. Malheureusement, l’oncle et la tante de Zolboot ont été surpris alors qu’ils tentaient de dérober des vêtements dans un magasin.

La préfecture a profité de l’occasion pour boucler définitivement le dossier et délivrer à l’oncle et à la tante un arrêté de reconduite à la frontière (APRF).
Il était alors clair que la famille allait être incessamment arrêtée. Des fuites ont permis à la famille d’éviter l’interpellation mais l’ont contrainte à entrer dans la clandestinité. Depuis le 5 juillet ils (Zolboot, son oncle, sa tante et ses deux cousins) vivent cachés.

Continuer à envoyer vos protestations à la préfecture du Cher :
fax : 02.48.70.41.41
pour les mails il faut aller sur le site de la préf et cliquer sur contacter nous
Téléphone ministère Intérieur 01 40 07 60 60
fax 01 40 07 21 09

- Orléans. La famille MATAEV (deux adultes et deux enfants de deux et trois ans) seconde famille tchétchène arrêtée à Orléans le 11 juillet, est passée devant le Tribunal administratif le 13 juillet. Ce dernier a ordonné la libération du couple et de ses enfants. Pourtant, échaudés par ce qu’ils venaient de vivre et terrorisés à l’idée d’être renvoyés en Tchétchénie (où plusieurs membres de la famille ont été tués ou ont subi la torture), il semble que la famille Mataev ait choisi de disparaître, tout comme l’avait fait la veille, une troisième famille tchétchène prévenue de l’arrivée de la police.

Vous pouvez réagir auprès de la préfecture du Loiret :
fax : 02 38 81 40 22
mail : communication@loiret.pref.gouv.fr

EN SURSIS

- Lyon. Nous vous avions alerté pour Hanna T. 23 ans, née en Ethiopie, arrivée en France en 2001 avec un visa étudiant et qui a, depuis, obtenu une licence de maths appliquées.

Elle avait été arrêtée mardi 11 juillet 2006 à Lyon. La suite de l’histoire. Elle est passée devant le juge des libertés le 12 juillet. Elle a finalement accepté l’aide au retour proposé par la préfecture. Elle est assignée à résidence et a obtenu, un mois et demi pour régler ses affaires en France. Elle est donc sortie de rétention.

- Montpellier. Ali TAGHDA, (19 ans, élève de BEP du lycée Jean Mermoz, arrivé à 14 ans et demi, vit avec son père en France depuis 1970). Il a été libéré le 13 juillet après quelques jours passés en rétention.

- Sarreguemines. Le jeune Kajathan (17 ans) et sa mère Manjuladevi VIJAYAKUMAR originaires du SRI LANKA qui avaient été placés en rétention (pour la seconde fois en six mois) au début juillet ont finalement été libérés, suite aux protestations.


Vous aussi, réagissez à cet article


bouton radio modere priori

Votre commentaire est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Votre commentaire

Titre de l'article

Votre pseudo :

Votre adresse e-mail:

Texte de votre message :



Autres articles sur le même sujet :