Navigation

Union locale CGT de Roissy CDG
Union Locale CGT
de Roissy-CDG

Tél: 01.48.62.10.28
Fax : 01.48.62.37.25
6, route des anniversaires
Bât. 7595 - Zone Technique
95701 ROISSY-CDG
contact@ulcgtroissy.fr


Accueil 8 mars Assemblée débat sur l’égalité entre les femmes et les hommes


GUINEE : des policiers de la PAF accompagnant des sans-papiers « molestés »


vendredi 24 août 2007 - Réagir Imprimez

Six policiers français ont été « molestés » et « légèrement blessés » le 16 août, à leur descente d’avion à Conakry, en raccompagnant deux ressortissants de ce pays expulsés de France. La Guinée s’est excusée après cet incident, selon les autorités françaises.

Les six fonctionnaires de la Police aux frontières (Paf) ont affirmé qu’ils avaient été reçus à Conakry « par un comité d’accueil » dont « faisaient partie deux policiers guinéens ». L’un d’entre eux « a frappé l’un des fonctionnaires français », selon un procès-verbal de la Paf sur ces incidents.

Le gouvernement guinéen « a présenté ses excuses à la France » pour ces incidents, a déclaré hier la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie. Les policiers, qui souffrent de contusions et de douleurs costales et dorsales, ont également été « insultés » et « pris à partie » par plusieurs personnes mais ils ont pu regagner la France via Casablanca, au Maroc, sans encombre. Un responsable de la Paf à l’aéroport parisien de Roissy a confirmé à l’Afp que ces fonctionnaires avaient été « pris à partie », ce qui « arrive assez fréquemment », selon lui.

Toujours selon le procès-verbal de la Paf, les deux Guinéens expulsés étaient « agressifs » dès leur embarquement dans un avion à Roissy en France. Ils « se sont mis à hurler et à vociférer », à « rallier les passagers à leur cause » [1]. Dès avant le décollage, plusieurs passagers ont accusé les policiers d’être « inhumains ». Ils ont pris « fait et cause » pour les expulsés et préparé un « comité d’accueil hostile » en Guinée par téléphone portable.

L’avion a ensuite fait une halte mouvementée à Casablanca, au Maroc, après un voyage que les policiers décrivent comme très tendu. A 4h30 le 16 août, à leur arrivée à l’aéroport de Conakry, les policiers de la Paf ont été « pris à partie (...) sous une nuée d’insultes », essuyant une « multitude de coups de poing et de pied ». « La colonisation est finie », a notamment lancé une femme policière guinéenne, selon le même document. Les incidents sont fréquents lors d’expulsions par avion de sans-papiers, notamment africains.

Récemment, plusieurs syndicats d’Air France-KLM ont réclamé que les avions du groupe ne soient plus utilisés pour des expulsions.

Le ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Co-développement, Brice Hortefeux, a appelé mardi à redoubler d’efforts en matière d’interpellation de sans-papiers, en expliquant être « légèrement en-dessous », en tendance, de l’objectif 2007 de 25.000 reconduites à la frontière d’étrangers en situation irrégulière.

Des partis de Gauche et des associations protestent contre cette politique de « chasse » aux sans-papiers.

Notes

[1Les policiers de la PAF sont réputés pour leur brutalité envers les sans-papiers. Aussi, ce procès-verbal de la PAF devrait être complété par le témoignage de passagers


Vous aussi, réagissez à cet article


bouton radio modere priori

Votre commentaire est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.


Votre commentaire

Titre de l'article

Votre pseudo :

Votre adresse e-mail:

Texte de votre message :



Autres articles sur le même sujet :