Le vol AF796 à destination de Bamako est parti sans Souleymane Bagayogo


vendredi 18 août 2006
JPEG - 99.7 ko

Manifestation contre l’expulsion de Souleymane

AEROPORT DE ROISSY. Vendredi 18 août 2006, les militants de la CGT du 93, de l’Union Locale CGT de Roissy CDG et de la section syndicale CGT des Personnels navigants Commerciaux (PNC) d’Air France étaient mobilisés contre une injustice : l’expulsion vers le Mali de Souleymane Bagayogo.

Dans l’après-midi, la Police de l’Air et des Frontières (PAF) avait pris en charge Souleymane au centre de rétention de Bobigny afin de lui faire prendre le vol Air France de 16h50 en direction du Mali. Dès son arrivée à Roissy, celui-ci avait été embarqué dans l’avion.

A 15h, une cinquantaine de militants de la CGT se sont présentés au terminal 2E et ont diffusé un tract aux passagers les appelant à exprimer leur désaccord avec l’expulsion de Souleymane. Suite aux protestations des passagers dans l’avion, le vol AF796 partira avec quarante minutes de retard, sans Souleymane, débarqué quelques minutes avant le décollage.

Le préfet de Seine-Saint-Denis n’en rate pas une !

Dans sa précipitation à expulser Souleymane, le préfet de Seine-Saint-Denis n’avait pas pris la peine d’examiner la liste des passagers du vol Paris-Bamako. Ainsi, Souleymane a failli voyager avec un de ses compatriotes : Monsieur Moctar Ouane, Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération internationale du Mali.
Il est connu que le transport aérien rapproche les hommes. Mais faire voyager ensemble, un salarié injustement expulsé et son Ministre de la coopération internationale, seul le préfet pouvait organiser une telle promiscuité !

Restons mobilisés

Nous venons d’obtenir une première victoire. Mais Souleymane n’est pas encore tiré d’affaire. Il est actuellement au centre de rétention de Bobigny et le préfet n’a pas renoncé à l’expulser du territoire national. Nous devons donc rester très vigilants....

Souleymane Bagayogo doit rester en France avec sa famille !